Est-ce que le surpoids c’est génétique ?

Mis à jour le 14 janvier 2021

Cette photo montre une femme en situation d'obésité

« Je ne suis pas en surpoids, j’ai des gros os. On est tous comme ça dans ma famille, c’est génétique ». Prétexte pour se voiler la face ou réel problème expliquant un surpoids héréditaire ? On aborde le sujet ensemble !

L’obésité et le surpoids

Aujourd’hui, le nombre de personnes en surpoids est plus élevé que jamais. Près de 70 % des Américains âgés de 20 ans et plus sont en surpoids. Et parmi eux, environ un tiers sont considérés comme obèses.

Malheureusement, le problème est devenu beaucoup plus fréquent chez les enfants. Il est surprenant de constater que 17 % des enfants âgés de 6 à 19 ans sont obèses, et 10 % des enfants âgés de 2 à 5 ans. Un réel problème existe !

Les dernières projections de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) indiquent qu’au moins 1 adulte sur 3 trois dans le monde est en surpoids et près d’1 sur 10 est obèse. En outre, plus de 40 millions d’enfants de moins de cinq ans présentent une surcharge pondérale.

La surcharge pondérale ou l’obésité peuvent avoir de graves conséquences sur la santé : le développement de maladies cardiovasculaires, l’apparition d’un diabète de type 2, des troubles musculo-squelettiques comme l’arthrose et certains cancers imagent parfaitement les risques encourus.

Ces maladies sont source de décès prématurés et d’invalidités.

Repas minceur une diète de chef

Pour lutter contre ce problème, il est important de réellement l’identifier. Pour se faire, un indice est utilisé : l’IMC (L’indice de masse corporelle).

L’indice de masse corporelle est un indice validé par l’OMS et son but va être d’évaluer la corpulence d’un individu à savoir : une situation de maigreur, une corpulence normale, une situation de surpoids et une situation d’obésité.

Cependant celui-ci possède des limites. Il est généraliste et ne s’adapte pas à toutes les personnes. Les sportifs illustrent parfaitement cela. Leur masse musculaire les rend naturellement plus lourd. En conséquence, leur IMC va augmenter pouvant faire apparaitre une situation de surpoids non justifiée.

Le surpoids et la génétique sont intimement liés

De nombreuses personnes accusent leur génétique concernant leurs kilos superflus. À vrai dire, ils n’ont pas tort à 100%.

Des statistiques annoncent qu’un enfant possédant 2 parents minces aura 10% de devenir obèse ou en surpoids.

Si celui-ci possède 1 parent obèse, il aura 40% de le devenir également. Tandis qu’un enfant dont ses 2 parents sont obèses voit ses chances d’être en surpoids passer à … 80% ! Ces informations sont visibles sur le site du Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids

Le surpoids peut s’expliquer par des facteurs génétiques. Certains de ces facteurs vont favoriser le stockage des graisses tandis que d’autres vont favoriser leur combustion. Ceux-là peuvent en effet être transmis à l’enfant.

Repas minceur une diète de chef

Cependant, une prédisposition génétique favorisant le surpoids ne garantit en aucun cas le fait de l’être (sauf cas spécifique) et cela s’explique par 2 termes : le génotype et le phénotype.

  • Le génotype va déterminer notre capacité à devenir obèse ou être en surpoids en tenant compte uniquement de notre génétique.
  • Le phénotype va quant à lui prendre en compte des événements extérieurs tel que notre environnement.

Pour simplifier, nous pouvons avoir une prédisposition génétique à prendre du poids facilement (génotype), cependant en fonction de notre mode de vie, notre alimentation, notre activité physique, etc.(phénotype) nous pouvons impacter directement sur ce génotype et donc notre sur notre poids.

Les sources de surpoids et d’obésité

Les habitudes alimentaires

Notre environnement social joue énormément sur le surpoids. Prenons l’exemple d’une famille composée d’un père, d’une mère et d’un enfant.

L’enfant, dépendant des habitudes alimentaires de ses parents, consommera les mêmes plats qu’eux. Même assaisonnement, même cuisson, potentiellement même quantité.

Dans la situation où les 2 parents sont en surpoids, il y a fort à parier que cela vienne de leur alimentation. Alimentation que leur enfant a et qui représentera son savoir manger.

Bien plus que la transmission de gènes favorisant la prise de poids, c’est une éducation alimentaire qu’aura obtenu cet enfant, qui pour lui sera normal.

L’inactivité physique

Les personnes sédentaires brûlent moins de calories que les personnes actives. La National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) a montré une forte corrélation entre l’inactivité physique et la prise de poids chez les deux sexes.

La génétique

Une personne est plus susceptible de devenir obèse si l’un de ses parents ou les deux sont. La génétique affecte également les hormones impliquées dans la régulation des graisses.

Il existe de nombreuses autres raisons comme la fréquence des repas, la prise de certains médicaments ainsi que certaines maladies telles que l’hypothyroïdie, l’insulinorésistance, le syndrome des ovaires poly kystiques ou encore le syndrome de Cushing.

Cette photo montre un tian aux légumes et mozzarella qui est une recette minceur présente dans les programmes perte de poids de Une diète de chef

POUR RESUMER

Une situation de surpoids ou d’obésité peut changer si elle est issue de mauvaises habitudes.

Face à une situation de surpoids qui semble être génétique, des solutions existent. La première étant d’instaurer de nouvelles règles et également de modifier ses habitudes au quotidien.

Adopter une alimentation dont vous avez réellement besoin pourra grandement vous aider à prendre conscience du caractère héréditaire ou non du surpoids.

Le surpoids peut en effet être génétique, cependant des facteurs environnementaux sont à prendre en compte afin de déterminer si une situation de surpoids est génétique ou non.

Le manque d’activité physique, l’éducation alimentaire, la composition du foyer et bien d’autres facteurs peuvent intervenir dans le développement d’une situation de surpoids.

Le génotype correspond à nos prédispositions génétiques, ce qui est ancré dans notre ADN. Celui-ci peut impacter notre physique ou encore notre psychique. Par exemple le génotype peut déterminer nos capacités physiques, notre état mental, les possibilités de devenir obèse ou diabétique.

Le phénotype correspond à notre capacité d’influencer notre génotype, c’est-à-dire à notre capacité à faire évoluer nos prédispositions génétiques selon des facteurs extérieurs tels que notre mode de vie, notre alimentation ou encore notre activité physique.